Biographie

Alexandre Christiaens (1962)

Les déambulations passagères d’un voyageur débordé du monde : c’est ainsi qu’Alexandre Christiaens, pour qui le déplacement vers des destinations lointaines est la condition essentielle pour créer, résume l’histoire de ses photographies. En Roumanie, en Estonie, en Russie, en Inde, au Brésil, au Chili, en Turquie, en Chine ou au milieu de l’océan atlantique, il s’agit pour lui d’aller voir, inlassablement : se frotter au monde, interroger sa structure, traquer sa présence, sonder ses absences, enregistrer ses vibrations. Fragmenter le temps et s’ouvrir comme un diaphragme : faire entrer sa lumière pour le laisser s’imprimer en soi. Entre ses différentes séries photographiques (paysages industriels, grottes, fronts de mer, marines…) se créent des liens qui tissent une vision sensible du monde. Voyages et photographie sont donc indissociables pour l’auteur : dans l’éloignement, quelque chose s’active de l’ordre de l’acuité, de l’attention au monde extérieur et du repositionnement consécutif de la conscience intérieure – car il faut un dehors pour penser, mettre en forme et en mouvement le dedans. Ainsi, les photographies qu’Alexandre Christiaens ramène de ses voyages nous parlent autant du monde extérieur où il s’aventure que de son propre monde intérieur qui transparaît en filigrane, se mélange et se superpose à ses clichés.

François de Coninck